64 posts categorized "UMP"

02 mai 2013

Invité de France Bleu Isère ce matin à 7h50

302 - FranceBleu J'étais l'invité de la radio France Bleu Isère ce matin à 7h50. A cette occasion, j'ai répondu aux questions de Nicolas Crozel au sujet du bilan que l'on peut tirer de la première année du quinquennat de François Hollande. J'ai également pu m'exprimer sur la préparation des élections municipales par l'UMP en Isère, et notamment la campagne dans laquelle je suis personnellement engagé à Voiron. J'ai aussi saisi l'opportunité qui m'était donnée de donner mon opinion sur les nouvelles difficultés qui entravent la réalisation espérée du nouvel hôpital de Voiron, et témoignent de l'incapacité des élus actuels à gérer ce dossier pourtant essentiel pour le territoire.

Je vous propose de retrouver mon intervention ci-dessous :

26 avril 2013

Invité de l'émission "La voix est libre" diffusée sur France 3 le 20 avril 2013

France_3_AlpesA onze mois des élections municipales qui se dérouleront les 9 et 16 mars 2014, j'ai été convié à porter la contradiction à Dominique Martin, Conseiller Régional FN, lors de l'émission "La voix est libre" diffusée le 20 avril 2013 sur France 3 et consacrée à la préparation de ces échéances.

J'ai saisi cette opportunité pour réaffirmer que l'UMP avait vocation à fusionner ses listes avec d'autres formations politiques à la seule condition qu'il soit envisageable de partager un projet commun pour nos communes, ce qui n'est pas le cas, en l'état actuel des choses, avec le Front National.

J'ai également rappelé que les élections municipales devaient prioritairement permettre de proposer des réponses à des enjeux locaux, et qu'il était par conséquent nécessaire d'avoir des candidats de terrain, investis et sincèrement préoccupés par l'avenir du territoire sur lequel ils se présentent.

Je regrette un débat probablement peu audible et insuffisamment approfondi, mais il est difficile d'entretenir un échange constructif avec quelqu'un manifestement décidé à parler seul...

Vous pouvez retrouver mon intervention par l'intermédiaire de la vidéo ci-dessous :

02 janvier 2013

De 2012 à 2013...

367 - 2012_a_2013Les premiers jours de cette nouvelle année 2013 ont balayé 2012 avec, il faut en convenir, peu de regrets. De manière générale, les douze derniers mois qui viennent de s’écouler ont été peu prolixes en bonnes nouvelles et motifs de réjouissance. Les espoirs qui avaient été fondés sur une hypothétique reprise économique ont été déçus. Pire : ils font redouter que l’année qui débute soit elle-même morose et peu favorable à un retour significatif de la croissance.

Il faut dire que ce que l’on retiendra de 2012 ne peut raisonnablement pas susciter l’enthousiasme.

A l’échelle internationale, l’espoir suscité par le « printemps arabe » a laissé place à un scepticisme inquiétant quant à la nature véritable des régimes d’aujourd’hui qui doivent succéder aux tyrannies renversées hier. Les tensions ravivées au Proche-Orient éloignent les perspectives d’un nouveau processus de paix. Les troupes occidentales se désengagent d’Afghanistan sans avoir gagné l’assurance qu’un régime stable et démocratique puisse s’imposer dans la durée. Tandis que des gens meurent chaque jour dans des conflits Africains au travers desquels des dictateurs en passe d’être déchus dénoncent devant la communauté internationale les tentatives de prise du pouvoir par la force dont ils avaient eux-mêmes bénéficié dans un passé proche… Ces évènements sont lointains sans l’être : chacune de ces turbulences rejaillit d’une manière ou d’une autre sur les pays occidentaux qui ne peuvent être indifférents au nouvel équilibre du monde qui se dessine. Et chacun sait que les ferments du terrorisme ne s’épanouissent jamais mieux que dans la détresse et la souffrance générés par les conflits d’horizons divers.

En France, je ne surprendrai personne en évoquant les occasions manquées des deux échéances électorales majeures qui se sont déroulées en mai et juin derniers. Et je garde intacte la conviction que Nicolas Sarkozy avait le tempérament et les qualités nécessaires pour conduire mieux que celui qui lui a succédé au redressement du pays. Lui donner l’occasion d’un second quinquennat, dépourvu de toute ambition de 3ème mandat que la Constitution n’autorise pas, aurait à n’en pas douter ouvert des perspectives inédites de réforme et de modernisation du pays. La dignité de la reconnaissance de sa défaite, et celle de son départ, n’auront pas manqué de susciter du doute auprès de certains de ses détracteurs. Trouble renforcé par les approximations - d’aucuns diront « amateurisme » ou « inaptocratie » - des premiers mois de gouvernance de François Hollande, de son gouvernement et de sa majorité parlementaire. Rien, en somme, qui puisse conduire à la sérénité.

En Isère, les élections législatives du mois de juin sont à observer en demi-teinte. L’élection de seuls deux Députés sur 10 candidats, Alain Moyne-Bressand dans la 6ème circonscription, et Jean-Pierre Barbier dans la 7ème, est une déception à tempérer par l’influence majeure d’un contexte défavorable qui ne permettait probablement guère de faire davantage, en dépit des qualités intrinsèques de nos représentants, et des campagnes intenses de terrain conduites par eux. Nos deux Députés, par les qualités qui sont les leurs, sauront être des défenseurs efficaces de nos idées, et des porte-parole fidèles de leurs administrés et de ceux qui se battent à leurs côtés. Plusieurs de nos candidats ont manqué la victoire d’une courte-tête, tandis que d’autres réalisaient sur leur circonscription des résultats largement honorables en déjouant les pronostics parfois malveillants. En Isère, ces législatives sont finalement riches en promesse d’avenir.

L’expérience de ma propre candidature sur les cantons de Voiron-Voreppe, Rives-Moirans, Tullins, Vinay, Saint-Marcellin et Pont-en-Royans, n’a conduit qu’à renforcer la détermination de mon engagement personnel. Je mesure pleinement la responsabilité de la confiance que m’ont apportée 23 226 électeurs de la 9ème circonscription, et je leur garantis ma disponibilité et ma mobilisation avec la plus grande vigilance sur l’ensemble du territoire. Je retiendrai particulièrement la richesse des rencontres pendant cette période, les visites d’entreprises et d’exploitations agricoles, la vérité des échanges francs et sans intermédiaire. Je ne remercierai jamais assez ceux qui m’ont accompagné pendant ces longs mois de campagne, au premier rang desquels mon suppléant Pierre Rousset, Maire de La Sône que je tiens dans la plus grande estime, et tous les amis, militants et élus fidèles sans qui rien n’aurait été possible.

Je resterai bref sur les turbulences internes à l’UMP qui ont émaillé la fin de l’année 2012, et qui ne peuvent que décevoir cruellement les militants au rang desquels je suis. Ce sont des signaux forts qui devront être donnés en 2013 pour renouer la confiance.

Confiance. Tel sera le mot clé de cette année 2013. Ce sont effectivement deux alternatives opposées qui nous seront offertes au cours des prochains mois : soit nous nous replierons sur nos acquis par peur des incertitudes du lendemain, participant au grippage du système économique et alimentant la spirale des peurs réciproques ; soit nous prendrons le pari collectif que le redressement est entre nos mains, et qu’il ne dépend que de notre capacité à l’anticiper pour qu’il survienne. Alors nos esprits établiront le climat nécessaire aux espoirs qui précèdent les victoires.

Le contexte morose n’est certes pas propice à l’optimisme béat. Mais le réalisme ne doit pas miner la confiance. La responsabilité des pouvoirs publics, de l’Etat, du gouvernement et des collectivités, sera évidemment majeure pour ne pas contrarier les élans de ceux qui produisent, consomment, et participent à créer de la richesse par leur travail. De ce point de vue, les signaux donnés par ceux qui nous gouvernent depuis 6 mois sont malheureusement contraires à ce qui serait nécessaire… Loin des polémiques inutiles et coupables en ces circonstances, le rôle de l’opposition devra être d’appuyer les bonnes initiatives, et de réorienter l’action dans la bonne direction chaque fois que cela sera possible.

Pour la 9ème circonscription, pour Voiron et le Pays Voironnais, je figurerai parmi les acteurs vigilants des décisions prises pour notre territoire. Sans dogmatisme mais sans concession sur les fondamentaux, je prendrai part à la dynamique de ceux qui s’engagent pour réhabiliter le bon sens, le respect du travail, et la rigueur nécessaire à une administration efficiente, à la fois ambitieuse et soucieuse des deniers publics.

Je crois en l’avenir, car je crois en le potentiel de la France, et en la richesse de nos territoires. C’est à ceux qui les animent qu’il reviendra d’être à la hauteur.

23 novembre 2012

Se réfugier dans les souvenirs, et continuer de croire.

366 - Pupitre_UMP Décembre 2001 : La campagne présidentielle opposant Jacques Chirac à Lionel Jospin est engagée. Le RPR met sa logistique à disposition du Président sortant afin de le conduire à sa réélection. Jeune lycéen de 17 ans passionné par l'actualité, je m'engage pour prendre part à cette dynamique qui m'enthousiasme ; c'est ma première adhésion à un parti politique, et ma première campagne.

Janvier 2002 : L'une des premières réunions à laquelle je suis convié ne porte pas le logo du RPR. Il s'agit de l'UEM, comprendre "Union En Mouvement". Le RPR Jean-Paul Delevoye, l'UDF Philippe Douste-Blazy, et le DL Dominique Bussereau, se succèdent à la tribune pour louer les mérites d'un travail en commun de ces trois formations politiques qui composent conjointement l'opposition parlementaire. Le séisme inattendu du 21 avril 2002 permettra d'autant plus facilement à l'Union pour la Majorité Présidentielle de se constituer, que l'UEM en avait préfiguré l'esprit et les statuts. Puis "l'Union pour la Majorité Présidentielle" deviendra "Union pour un Mouvement Populaire", successivement dirigée par Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Patrick Devedjian, Xavier Bertrand, et Jean-François Copé.

C'est dans ce contexte d'union des forces de Droite et du Centre que mon engagement a pris naissance. Nous étions minoritaires, mais nous avions de l'espoir. La synergie des rassemblements laissait augurer que l'alternance était possible, et que nous y parviendrions. Cet état d'esprit m'a marqué. Je le garde en mémoire en m'efforçant de ne jamais oublier les souvenirs précieux de la ferveur que cette fondation unificatrice générait alors.

Novembre 2012 : Ma peine est donc d'autant plus grande à constater impuissant la rupture qui se dessine, les turbulences qui se succèdent, et le risque d'implosion qui point à l'horizon. Réduit au rang de spectateur d'une crise nationale dont seuls nos responsables pourront nous sortir, j'attends et j'espère. Je ne ferai aucun commentaire supplémentaire à ce sujet. Et dans l'attente de sa résolution, je me consacrerai exclusivement aux dossiers locaux d'intérêt général pour les Voironnais et les habitants de la 9ème circonscription.

19 novembre 2012

Jean-François Copé Président de l'UMP : ma lettre aux adhérents de l'Isère

365 - Logo UMPA l'annonce des résultats officiels de l'élection à la présidence de l'UMP, j'ai souhaité m'adresser à tous les adhérents de la Fédération UMP de l'Isère. Voici la lettre que je leur ai adressée :

Mesdames, Messieurs, Chers amis,

Je sais combien votre déception et votre amertume doivent être grandes ce soir. Elles m’accablent moi-même à l’issue d’une longue journée, d’une courte nuit, et d’un réveil que nous avons connu meilleur. Et on ne peut s’empêcher, avec un peu de nostalgie, de se projeter dans le congrès du 28 novembre 2004 en se rappelant ce jour où Nicolas Sarkozy était élu triomphalement, et dans l’unité, Président de l’UMP avec 85,1% des suffrages exprimés…

La COCOE vient de déclarer Jean-François COPE Président de l’UMP. Ce résultat doit être admis par tous afin de ne pas prolonger les moments douloureux que nous vivons depuis hier soir. L’UMP a besoin d’un Président pour qu’une ligne politique claire conduise ses actions, mais le rassemblement auquel tout le monde aspire doit se concrétiser par les faits car nul ne pourra tolérer qu’une moitié de l’UMP se prive de la seconde. Il en va de la survie de notre mouvement.

Il incombe désormais à nos « chefs » de faire la démonstration des qualités dont ils se réclament pour diriger un noble mouvement comme l’UMP. Il leur importe de prendre la mesure de l’impact des joutes parisiennes sur les réalités locales de terrain. Il leur importe de prendre conscience du déchirement qu’occasionnent ces querelles pour des militants dévoués et désintéressés qui se battent, eux, pour des idées sans rien attendre en retour. Il n’est pas nécessaire d’en dire plus. Nous avons simplement besoin qu’ils nous rassurent.

Et puisqu’il faut trouver des raisons de se consoler de cette situation bien fâcheuse, nous pourrons nous satisfaire que l’Isère n’ait pas contribué à alimenter ces troubles observés à l’échelle nationale. Les opérations de vote se sont déroulées sans accroc majeur, si ce n’est la difficulté d’un bureau de vote Grenoblois à « digérer » l’afflux massif de votants dans le courant de la matinée. Je remercie les adhérents qui ont massivement pris part au scrutin, et qui ont eu le courage et la patience de se déplacer jusqu’au lieu de vote de leur circonscription.

En Isère, le taux de participation s’est élevé à 59 %. Jean-François Copé recueille 1417 suffrages (51,27 %), et devance donc François Fillon qui recueille pour sa part 1347 voix (48,73 %).

En ce qui concerne les Mouvements, la « Droite forte » s’impose largement dans notre département (968 voix – 37 %) devant la « Droite sociale » (656 voix – 25 %), la « France moderne et humaniste » (345 voix – 13 %), « le Gaullisme, une voie d’avenir pour la France » (220 voix – 8 %), la « Boîte à idées » (165 voix – 6 %), et la « Droite populaire » (157 voix – 6 %). 5% des suffrages exprimés n’expriment aucune préférence.

Je suis heureux que les opérations de vote en Isère n’aient souffert d’aucune contestation significative. Le procès-verbal consignant les résultats du département a été validé conjointement par moi-même et les représentants des deux candidats. Mon rôle personnel dans cette élection s’arrête là.

Merci à chacun d’entre vous ayant pris part au scrutin dans le respect de la démocratie et des opinions de chacun. Merci aux bénévoles et à tous ceux qui ont permis aux opérations de vote de se tenir dans de bonnes conditions dans les 11 bureaux du département.

Gardons dorénavant nos rangs serrés, mobilisons-nous pour défendre nos positions face à la gauche à la tête de l’Etat, et battons-nous sur nos territoires, dont la reconquête en 2014 dois désormais devenir notre objectif prioritaire.

Bien fidèlement,

Julien Polat
Chargé de mission départemental
Délégué de la 9ème circonscription

Election à la présidence de l'UMP : revue de presse Iséroise

364 - DL20121119Alors que nous sommes toujours dans l'attente de la proclamation des résultats du nouveau Président de l'UMP, le Dauphiné Libéré de ce jour a consacré une double page au déroulement du vote en Isère. Cet article restitue les chiffres comptabilités par les Présidents de bureaux de vote à l'issue des dépouillements, et propose une analyse à la lumière du contexte local. Vous pouvez en prendre connaissance en cliquant ici.

Par ailleurs, dans les pages locales, un second article est spécifiquement consacré au bureau de vote qui était dédié à la 9ème circonscription. Ce qui me donne l'occasion de remercier tous les bénévoles, Président et assesseurs, qui ont participé à l'encadrement des opérations de vote.Vous trouverez ce second article en cliquant ici.

11 septembre 2012

Dauphiné Libéré du mardi 11 septembre 2012

Le Dauphiné Libéré de ce matin a consacré un bel article à la réunion de rentrée politique de l'UMP à Voiron que j'animais hier soir.

Je vous propose de consulter cet article en cliquant sur l'image ci-dessous :

DL20120911

06 septembre 2012

Invité de France Bleu Isère ce matin à 7h50

302 - FranceBleu J'étais l'invité de la radio France Bleu Isère ce matin à 7h50. A cette occasion, j'ai répondu aux questions de Nicolas Crozel au sujet de la rentrée politique et de l'élection à venir du Président national de l'UMP. J'ai également pu m'exprimer sur d'autres sujets d'actualité de portée plus générale, et notamment les reniements du Parti Socialiste sur le non-cumul des mandats, ainsi que les manifestations dramatiques d'insécurité à Grenoble.

Je vous propose de retrouver mon intervention ci-dessous :

03 juin 2012

Invité de France 3 Alpes pour l'émission "La voix est libre"

303 - France3J'étais l'invité de France 3 Alpes ce samedi matin 2 juin à 11h30, dans le cadre de l'émission "La Voix est libre" consacrée aux élections législatives des 10 et 17 juin prochains.

A cette occasion, j'ai pu représenter l'UMP pour débattre avec des contradicteurs du Parti Radical, du MoDem et du Nouveau Centre, candidats en Isère, Savoie et Haute-Savoie.

Au cours des échanges, je me suis efforcé de sortir autant que possible des petites querelles d'appareil pour discuter des fondamentaux en matière notamment d'emploi, d'insécurité, de défense des activités agricoles, et de modernisation de notre vie publique.

Je vous invite à retrouver le débat au travers de la vidéo ci-dessous :

28 janvier 2012

Conseil National : Je serai le candidat de l’UMP aux législatives sur la 9ème circonscription !

330 - Conseil_NationalL’UMP réunissait ce jour à Paris l’ensemble de ses responsables nationaux, pour donner un signal fort de mobilisation et engager une dynamique nouvelle dans la campagne présidentielle qui devra conduire à la réélection de Nicolas Sarkozy en mai prochain.

Après une réunion d’échanges entre Jean-François Copé et les Présidents et Secrétaires Départementaux des Fédérations de toute la France à laquelle j’avais le plaisir de participer dans les locaux du nouveau siège de l’UMP rue de Vaugirard, c’est à la Porte de Versailles que le Conseil National du parti se réunissait officiellement en séance pour entériner le projet présidentiel de l’UMP et la liste des candidats investis aux élections législatives dans chaque département.

Première bonne nouvelle : l’UMP a clôturé l’année 2011 avec plus de 262 000 adhérents, tandis que le Parti Socialiste en revendique à peine 173 000 à l’issue des larges recrutements pourtant réalisés pendant la période des Primaires. L’UMP demeure donc toujours – et de loin – le premier parti politique de France, réaffirmant ainsi le « P » de « Populaire » qui clôture son sigle.

C’est sous le patronage du Secrétaire Général Jean-François Copé et de Jean-Pierre Raffarin, 1er vice-président du Conseil National, que le Ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire, chargé de la réalisation du projet présidentiel, a présenté le socle des valeurs et des propositions qui accompagneront Nicolas Sarkozy dans la perspective du prochain quinquennat.

Mais cette séance du Conseil National était également destinée à ratifier les propositions d’investitures formulées par la Commission Nationale en charge de cette délicate mission, pour désigner les candidats qui porteront les couleurs de l’UMP dans toute la France lors des élections législatives des 10 et 17 juin prochains.

A cette occasion, j’ai eu l’honneur de me voir officiellement investi sur la 9ème circonscription de l’Isère, aux côtés de Jean-Claude Peyrin dans la 1ère, Magalie Vicente dans la 2ème, Nathalie Béranger dans la 3ème, Cécilia Durieu dans la 4ème, Michel Bernard dans la 5ème, Alain Moyne-Bressand dans la 6ème, Jean-Pierre Barbier dans la 7ème, Jacques Remiller dans la 8ème, et Vincent Chriqui dans la nouvelle 10ème.

Ce témoignage de confiance m’honore, et c’est une lourde responsabilité qui m’est confiée : celle de mener à la victoire les valeurs que nous défendons sur une circonscription riche de 6 cantons et 72 communes, de Voiron à Pont-en-Royans, en passant par Voreppe, Moirans, Rives, Tullins, Vinay et Saint-Marcellin.

Dès ce soir la campagne est ouverte. J’invite toutes les bonnes volontés à me rejoindre, au service d’une victoire que tous les observateurs s’accordent à qualifier de largement envisageable.

Mon ambition est simple : nous disposons de 20 semaines pour convaincre ; j’entends bien les mettre à profit sur le terrain, au plus près des habitants. C’est en réhabilitant une relation de proximité sincère que nous pourrons restaurer le lien de confiance entre les citoyens et leur Député, pour ouvrir une page nouvelle dans le seul intérêt du territoire.



A propos...
Le blog
Créé en juillet 2008, ce blog est un carnet d'expression personnelle.
Qui suis-je ?
A bientôt 30 ans, domicilié à Voiron, je suis Chargé de mission départemental de l'UMP 38 et Délégué UMP de la 9ème circonscription de l'Isère. J'ai été candidat aux élections législatives de juin 2012 dans cette même circonscription. Je suis par ailleurs diplômé de Sciences Po et de l'École Supérieure de Commerce de Grenoble.
Liens