110 posts categorized "France"

02 mai 2013

Invité de France Bleu Isère ce matin à 7h50

302 - FranceBleu J'étais l'invité de la radio France Bleu Isère ce matin à 7h50. A cette occasion, j'ai répondu aux questions de Nicolas Crozel au sujet du bilan que l'on peut tirer de la première année du quinquennat de François Hollande. J'ai également pu m'exprimer sur la préparation des élections municipales par l'UMP en Isère, et notamment la campagne dans laquelle je suis personnellement engagé à Voiron. J'ai aussi saisi l'opportunité qui m'était donnée de donner mon opinion sur les nouvelles difficultés qui entravent la réalisation espérée du nouvel hôpital de Voiron, et témoignent de l'incapacité des élus actuels à gérer ce dossier pourtant essentiel pour le territoire.

Je vous propose de retrouver mon intervention ci-dessous :

03 janvier 2013

Bonne année 2013 !

368 - 2013L'année 2013 vient de s'ouvrir à nous, déjouant les pronostics de la fin du monde pourtant annoncée dans les derniers jours de 2012... Douze mois objectivement plutôt moroses laissent donc forcément place à douze nouveaux mois que l'on espère plus joyeux, et plus encourageants sur le plan économique et social en France et sur la scène internationale.

Si on en croit les journaux et la télévision, le pessimisme est de mise pour 2013. C'est pourtant probablement l'anticipation par les esprits de la reprise économique qui lui permettra de voir réellement le jour ; tout comme le retour à la confiance sera probablement un préalable nécessaire à la revitalisation des circuits économiques. L'enjeu de 2013 sera donc de rétablir cette confiance.

A l'échelle nationale comme à l'échelle locale, chacun dispose de la capacité - et du devoir - de contribuer, à son échelle et selon ses moyens, aux efforts nécessaires pour le redressement. En ce sens, il convient d'espérer que les pouvoirs publics locaux et nationaux, alors que la cohésion nationale est de mise, cesseront de trouver des prétextes à la fragmenter par des débats sociétaux inutiles que le contexte ne prête pas à poser (mariage homosexuel, droit de vote des étrangers...), ou par un déséquilibre fiscal excessif et donc forcément révoltant (CFE en Pays Voironnais).

C'est dans cet état d'esprit constructif, confiant mais prudent, que j'aborde les 12 prochains mois de travail. Je continuerai de consacrer mon action à la 9ème circonscription, et en particulier au Pays Voironnais et à la lutte qui s'engage pour l'alternance à la ville de Voiron.

A chacun, je présente d'abord des voeux de santé, car c'est elle qui permettra de concrétiser le reste de ce que l'on peut souhaiter : bonheur en famille et réussite. Puissent les 12 prochains mois vous apporter le meilleur de ce que vous pouvez espérer, de l'épanouissement, et les raisons de croire en un avenir meilleur.

02 janvier 2013

De 2012 à 2013...

367 - 2012_a_2013Les premiers jours de cette nouvelle année 2013 ont balayé 2012 avec, il faut en convenir, peu de regrets. De manière générale, les douze derniers mois qui viennent de s’écouler ont été peu prolixes en bonnes nouvelles et motifs de réjouissance. Les espoirs qui avaient été fondés sur une hypothétique reprise économique ont été déçus. Pire : ils font redouter que l’année qui débute soit elle-même morose et peu favorable à un retour significatif de la croissance.

Il faut dire que ce que l’on retiendra de 2012 ne peut raisonnablement pas susciter l’enthousiasme.

A l’échelle internationale, l’espoir suscité par le « printemps arabe » a laissé place à un scepticisme inquiétant quant à la nature véritable des régimes d’aujourd’hui qui doivent succéder aux tyrannies renversées hier. Les tensions ravivées au Proche-Orient éloignent les perspectives d’un nouveau processus de paix. Les troupes occidentales se désengagent d’Afghanistan sans avoir gagné l’assurance qu’un régime stable et démocratique puisse s’imposer dans la durée. Tandis que des gens meurent chaque jour dans des conflits Africains au travers desquels des dictateurs en passe d’être déchus dénoncent devant la communauté internationale les tentatives de prise du pouvoir par la force dont ils avaient eux-mêmes bénéficié dans un passé proche… Ces évènements sont lointains sans l’être : chacune de ces turbulences rejaillit d’une manière ou d’une autre sur les pays occidentaux qui ne peuvent être indifférents au nouvel équilibre du monde qui se dessine. Et chacun sait que les ferments du terrorisme ne s’épanouissent jamais mieux que dans la détresse et la souffrance générés par les conflits d’horizons divers.

En France, je ne surprendrai personne en évoquant les occasions manquées des deux échéances électorales majeures qui se sont déroulées en mai et juin derniers. Et je garde intacte la conviction que Nicolas Sarkozy avait le tempérament et les qualités nécessaires pour conduire mieux que celui qui lui a succédé au redressement du pays. Lui donner l’occasion d’un second quinquennat, dépourvu de toute ambition de 3ème mandat que la Constitution n’autorise pas, aurait à n’en pas douter ouvert des perspectives inédites de réforme et de modernisation du pays. La dignité de la reconnaissance de sa défaite, et celle de son départ, n’auront pas manqué de susciter du doute auprès de certains de ses détracteurs. Trouble renforcé par les approximations - d’aucuns diront « amateurisme » ou « inaptocratie » - des premiers mois de gouvernance de François Hollande, de son gouvernement et de sa majorité parlementaire. Rien, en somme, qui puisse conduire à la sérénité.

En Isère, les élections législatives du mois de juin sont à observer en demi-teinte. L’élection de seuls deux Députés sur 10 candidats, Alain Moyne-Bressand dans la 6ème circonscription, et Jean-Pierre Barbier dans la 7ème, est une déception à tempérer par l’influence majeure d’un contexte défavorable qui ne permettait probablement guère de faire davantage, en dépit des qualités intrinsèques de nos représentants, et des campagnes intenses de terrain conduites par eux. Nos deux Députés, par les qualités qui sont les leurs, sauront être des défenseurs efficaces de nos idées, et des porte-parole fidèles de leurs administrés et de ceux qui se battent à leurs côtés. Plusieurs de nos candidats ont manqué la victoire d’une courte-tête, tandis que d’autres réalisaient sur leur circonscription des résultats largement honorables en déjouant les pronostics parfois malveillants. En Isère, ces législatives sont finalement riches en promesse d’avenir.

L’expérience de ma propre candidature sur les cantons de Voiron-Voreppe, Rives-Moirans, Tullins, Vinay, Saint-Marcellin et Pont-en-Royans, n’a conduit qu’à renforcer la détermination de mon engagement personnel. Je mesure pleinement la responsabilité de la confiance que m’ont apportée 23 226 électeurs de la 9ème circonscription, et je leur garantis ma disponibilité et ma mobilisation avec la plus grande vigilance sur l’ensemble du territoire. Je retiendrai particulièrement la richesse des rencontres pendant cette période, les visites d’entreprises et d’exploitations agricoles, la vérité des échanges francs et sans intermédiaire. Je ne remercierai jamais assez ceux qui m’ont accompagné pendant ces longs mois de campagne, au premier rang desquels mon suppléant Pierre Rousset, Maire de La Sône que je tiens dans la plus grande estime, et tous les amis, militants et élus fidèles sans qui rien n’aurait été possible.

Je resterai bref sur les turbulences internes à l’UMP qui ont émaillé la fin de l’année 2012, et qui ne peuvent que décevoir cruellement les militants au rang desquels je suis. Ce sont des signaux forts qui devront être donnés en 2013 pour renouer la confiance.

Confiance. Tel sera le mot clé de cette année 2013. Ce sont effectivement deux alternatives opposées qui nous seront offertes au cours des prochains mois : soit nous nous replierons sur nos acquis par peur des incertitudes du lendemain, participant au grippage du système économique et alimentant la spirale des peurs réciproques ; soit nous prendrons le pari collectif que le redressement est entre nos mains, et qu’il ne dépend que de notre capacité à l’anticiper pour qu’il survienne. Alors nos esprits établiront le climat nécessaire aux espoirs qui précèdent les victoires.

Le contexte morose n’est certes pas propice à l’optimisme béat. Mais le réalisme ne doit pas miner la confiance. La responsabilité des pouvoirs publics, de l’Etat, du gouvernement et des collectivités, sera évidemment majeure pour ne pas contrarier les élans de ceux qui produisent, consomment, et participent à créer de la richesse par leur travail. De ce point de vue, les signaux donnés par ceux qui nous gouvernent depuis 6 mois sont malheureusement contraires à ce qui serait nécessaire… Loin des polémiques inutiles et coupables en ces circonstances, le rôle de l’opposition devra être d’appuyer les bonnes initiatives, et de réorienter l’action dans la bonne direction chaque fois que cela sera possible.

Pour la 9ème circonscription, pour Voiron et le Pays Voironnais, je figurerai parmi les acteurs vigilants des décisions prises pour notre territoire. Sans dogmatisme mais sans concession sur les fondamentaux, je prendrai part à la dynamique de ceux qui s’engagent pour réhabiliter le bon sens, le respect du travail, et la rigueur nécessaire à une administration efficiente, à la fois ambitieuse et soucieuse des deniers publics.

Je crois en l’avenir, car je crois en le potentiel de la France, et en la richesse de nos territoires. C’est à ceux qui les animent qu’il reviendra d’être à la hauteur.

06 septembre 2012

Invité de France Bleu Isère ce matin à 7h50

302 - FranceBleu J'étais l'invité de la radio France Bleu Isère ce matin à 7h50. A cette occasion, j'ai répondu aux questions de Nicolas Crozel au sujet de la rentrée politique et de l'élection à venir du Président national de l'UMP. J'ai également pu m'exprimer sur d'autres sujets d'actualité de portée plus générale, et notamment les reniements du Parti Socialiste sur le non-cumul des mandats, ainsi que les manifestations dramatiques d'insécurité à Grenoble.

Je vous propose de retrouver mon intervention ci-dessous :

12 juin 2012

Le projet que je défends (2/8) : Conforter nos PME pour protéger l’emploi

Le redressement de l’emploi passera par la redynamisation de notre tissu économique local. Opposer systématiquement les employeurs aux salariés conduit à l’impasse. Nous devons au contraire trouver les leviers pour restaurer la confiance.

PMELes petites entreprises sont le gisement d’emploi principal de notre territoire.

Je souhaite que l’on diminue leurs charges pour les aider à se développer et à embaucher.
Notre savoir-faire local doit également être mieux mis en valeur, et les idées porteuses d’avenir épaulées. Notre territoire regorge de talents qui méritent d’être mis en lumière !

La majorité de nos zones d’activité économique sont aujourd’hui moroses.

Centr’Alp, à Voreppe et Moirans, forte de 200 entreprises et 5000 emplois, ne se développe pratiquement plus. Son potentiel est pourtant considérable. Une véritable volonté politique devrait permettre de transformer le demi-échangeur autoroutier de Mauvernay en échangeur complet, après 10 ans d’immobilisme sur ce dossier. Cette réalisation permettrait à Centr’Alp de croître de nouveau.

Je souhaite développer un pôle d’excellence industriel en sud-Grésivaudan.

Un centre de formation professionnelle aux métiers de l’industrie offrira apprentis et alternants aux entreprises, qui bénéficieront d’une dynamique favorable pour enrichir le tissu local et travailler en réseau.

Je suis favorable au développement de l’apprentissage et de l’alternance, qui facilitent l’entrée dans le monde du travail.

Le succès des Maisons Familiales et Rurales doit servir d’exemple, et je souhaite que soit inscrite dans la loi, pour les grandes entreprises, l’obligation d’accueillir un quota d’étudiants en alternance. C’est également le moyen de développer la transmission du savoir-faire des aînés dans un cadre intergénérationnel.

 

Marcel BARTHELEMY
Entrepreneur à Saint-Romans

« Je connais Julien POLAT depuis longtemps. Il est parfaitement conscient des problèmes rencontrés par les petites entreprises.
Il soutient l’allégement de nos charges, l’assouplissement des règles qui nous étouffent, et il souhaite une moralisation de la vie économique, pour que ceux qui travaillent pour créer de la richesse soient respectés davantage que les spéculateurs du monde de la Finance. Il souhaite s’engager pour que les banques investissent aux côtés des entrepreneurs, et assument leur responsabilité de financement de l’économie. Je suis en accord avec cette philosophie, et c’est naturellement que je le soutiens. »

 

Christian ZANNINI
Président de GTL (entreprise de 46 salariés basée à Centr’Alp)

« Les entrepreneurs n’attendent pas que le pouvoir politique local fasse les choses à leur place.
Mais ils ont besoin de responsables politiques à leur écoute, qui sachent leur consacrer du temps, faire preuve de compréhension, et qui fonctionnent à la même vitesse que le monde économique et commercial. Julien POLAT a une formation économique qui lui permet de dialoguer avec les chefs d’entreprise et les salariés. Il n’a la prétention de donner des leçons à personne, mais il sait écouter.
Les entrepreneurs tels que moi ne peuvent qu’être solidaires de son projet. »

11 juin 2012

Le projet que je défends (1/8) : Moraliser et moderniser notre vie publique

Candidat aux élections législatives, porteur des aspirations des jeunes générations et de ceux qui souhaitent le changement, j’appelle de mes voeux des signaux forts qui doivent être donnés en matière d’honnêteté et de transparence.

Les mesures suivantes feront l’objet de propositions de loi que je m’engage à déposer dans les six premiers mois du prochain mandat.

AssembléeJe propose qu’une loi puisse être instaurée pour interdire le cumul des indemnités des parlementaires.

C’est une mesure qui permettra d’éviter les excès, et qui donnera la garantie que si des élus postulent à plusieurs mandats, ce n’est pas pour gagner plus d’argent.

Je veux une transparence totale des frais de gestion des collectivités, ainsi que l’instauration des « jetons de présence » qui conditionnent la rémunération à la présence effective dans l’Assemblée, pour éviter l’image désastreuse d’un hémicycle régulièrement vide !

N’importe quel salarié doit être présent au travail, et il doit en être de même pour un député. La confiance pour un mandat de 5 ans n’exclut pas le contrôle.

Je propose d’indexer les indemnités parlementaires sur la santé économique du pays. En situation de crise, cela doit conduire à une diminution de leur montant : si on demande aux citoyens de se « serrer la ceinture », alors les élus doivent donner l’exemple.

Une réflexion doit être ouverte au sujet du statut de l’élu local.

Il faut en effet redonner de la considération aux élus des petites communes, et favoriser une meilleure représentativité de la population.

Je suis favorable à la création d’un statut du dirigeant associatif qui permettrait d’encourager l’engagement dans les associations, et de donner un nouveau souffle au bénévolat.

Les associations locales doivent être aidées, car dans le registre sportif, culturel ou social, elles assument des missions que la collectivité ne pourrait prendre en charge en leur absence.

 

Isabelle ZERBIB
Conseillère municipale de La buisse

« À tous les échelons, notre vie publique a besoin d’être renouvelée en profondeur pour renouer un lien de confiance fort avec les citoyens.

Julien POLAT arrive avec un regard neuf et la volonté de rétablir la transparence et l’exemplarité qui sont nécessaires de la part des élus. C’est un atout pour notre territoire, et pour notre pays. »

 

André GAL
Conseiller municipal de Voiron, Président du F.O. Voiron

« Je partage la passion du sport avec Julien. Nous nous sommes régulièrement rencontrés au bord d’un terrain de football, de rugby ou du parquet du gymnase Henri Chautard pour soutenir l’équipe de basket de l’Étoile de Voiron. Il incarne les valeurs du sport : l’engagement, la persévérance et surtout le respect de l’adversaire. Il veut moderniser la vie politique pour plus d’exemplarité. Il peut compter sur mon soutien. »

07 mai 2012

Le salut d’un Homme d'Etat

Nicolas Sarkozy s’est adressé au peuple français devant une foule de militants réunis à la mutualité. Il a fait preuve, comme à l’accoutumée, d’une immense humilité et d’une grandeur qui n’est propre qu’aux hommes d’exceptions. 

Nicolas Sarkozy conclut en ces mots qui résument parfaitement les cinq années de sa mandature et qui est la raison même de notre engagement pour la France :  "soyons dignes, soyons patriotes, soyons Français".

Une page de notre Histoire contemporaine se tourne. Gageons qu'une analyse épurée des passions de l'instant se chargera vite de lui rendre justice en reconnaissant les vertus qui furent les siennes.

 

06 mai 2012

François Hollande élu président de la République

Fr2-2012-presidentielle-tour2-resultatC'est avec tristesse, mais néanmoins avec un respect évident pour l'expression de la démocratie, que je prend acte des résultats de la 10ème élection Présidentielle de la Cinquième République. 

Pendant plus de 10 ans, Nicolas Sarkozy a été l'Homme de tous les instants, l'Homme qui a protégé notre pays des effets les plus violents de la crise, et celui qui a entrepris des réformes necessaires et justes, en adéquation avec les nécessités de notre temps. Les Français ont pourtant fait le choix de ne pas le reconduire dans ses fonctions.

Le peuple français a préféré placer François Hollande à la tête de l'état. Je le respecte même si je crains que les déceptions soient très rapidement d'autant plus grandes que l'espérance était sincère. Nicolas Sarkozy a admis cette sanction avec la plus grande dignité, dans une allocution éminemment respectueuse qu'il convient de saluer.

La démocratie est souvent brutale, mais elle est irremplaçable. Je souhaite bonne chance à François Hollande. Car je souhaite avant tout bonne chance à la France.

09 avril 2012

"Une France forte, pour une Isère forte !"

347 - Doc_2A l'élection présidentielle des 22 avril et 6 mai succèderont les élections législatives des 10 et 17 juin. Ces deux échéances sont corrélées par la proximité du calendrier électoral ; elles sont surtout étroitement liées par l'enjeu commun qu'elles recèlent.

Le Président de la République qui sera élu pour 5 ans aura besoin d'une majorité parlementaire qui lui permettra d'adopter les réformes inscrites dans son projet pour la France. Et nos institutions sont organisées de telle manière que le chef de l'Etat ne pourrait pas gouverner comme il l'entend en l'absence d'une majorité à l'Assemblée Nationale susceptible de lui apporter son soutien.

C'est pour témoigner de cette proximité forte entre les deux échéances que j'ai choisi d'inscrire mon deuxième document de campagne en soutien à la candidature de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. En tant que candidat aux législatives investi par l'UMP, je suis effectivement solidaire de son bilan, et du projet qu'il propose aux Français pour sortir de la crise en continuant à moderniser notre pays.

L'emploi, la lutte contre l'insécurité, l'agriculture et la modernisation de nos institutions sont 4 thèmes majeurs pour la France, mais aussi pour notre département, et en particulier pour la 9ème circonscription. Sur chacun d'entre eux, j'y présente les propositions phares défendues par Nicolas Sarkozy, accompagnées de celles que je relaie pour l'avenir de notre territoire.

Il vous est possible de consulter ce document au format PDF en cliquant ici.

06 avril 2012

L’OCDE salue la politique du Gouvernement et la préconise aux collectivités locales

346 - OCDEFin février, l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) a publié un volumineux rapport sur l'état des dépenses publiques et les résultats de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) en France. Pour l'OCDE, la RGPP, initiée par Nicolas Sarkozy afin de rationnaliser le fonctionnement de l’Etat et de générer des économies, constitue « une avancée importante dans la modernisation de l'État ».

Cet organisme dont l'impartialité est reconnue a souligné l'efficacité des réformes en cours afin de favoriser une meilleure répartition des compétences, d’améliorer la carte des intercommunalités et de favoriser les fusions entre communes. En effet, depuis la mise en place de la RGPP il y a 5 ans, l'État cherche à agir au niveau territorial pour réduire les complexités administratives, l'éparpillement des compétences et les doublons ; doublons nuisibles aux finances publiques et à la lisibilité de l’action pour les citoyens.

L'OCDE préconise que l'État approfondisse ces réformes, mais suggère que les collectivités territoriales effectuent également une « révision de leurs politiques ».  Ce rapport précise qu'une « réflexion » devrait être menée sur les finances des collectivités afin de les orienter vers davantage d'équilibre.

La RGPP, réforme visionnaire en 2007, est devenue essentielle du fait de l’émergence subite de la crise, de l'état des finances des Etats, et du train de vie démesuré de certaines collectivités territoriales. Selon le rapport, entre 1998 et 2008, « les effectifs des agents territoriaux ont augmenté de 38% », soit une hausse bien supérieures aux transferts de compétences.

L'attractivité, l'efficacité et la fiscalité de nos territoires, sont aujourd'hui largement pénalisées par cette élévation des dépenses de fonctionnement des collectivités, qui réduit les dépenses d'investissement pour les infrastructures et l'innovation. L'OCDE conclut qu'il est donc urgent pour nos finances publiques de lancer une « Révision Générale des Politiques Publiques locales », proposition relayée, dès le jour de la publication du rapport,  par le Ministre du Budget Valérie Pécresse.

Qu'une institution telle que l'OCDE salue avec autant de vigueur les résultats d'une réforme, en préconisant son élargissement, est un évènement rare. Ce satisfecit témoigne s'il en était besoin de la pertinence des mesures adoptées par Nicolas Sarkozy pendant son quinquennat... et de la nécessité de lui permettre de poursuivre les efforts engagés au cours des 5 prochaines années !



A propos...
Le blog
Créé en juillet 2008, ce blog est un carnet d'expression personnelle.
Qui suis-je ?
A bientôt 30 ans, domicilié à Voiron, je suis Chargé de mission départemental de l'UMP 38 et Délégué UMP de la 9ème circonscription de l'Isère. J'ai été candidat aux élections législatives de juin 2012 dans cette même circonscription. Je suis par ailleurs diplômé de Sciences Po et de l'École Supérieure de Commerce de Grenoble.
Liens