24 octobre 2013

Lettre à tous les Voironnais

Lettre_VoironnaisJ'ai adressé une lettre à tous les Voironnais pour les informer de ma candidature à l'élection municipale de mars prochain, et leur exposer les principales motivations de mon engagement dans le cadre de la dynamique engagée par le groupe "Voiron 2014".

J'ai tenu à rappeler le caractère profondément collectif de mon engagement, et la nécessité de conduire une liste qui puisse être à l'image de ce que sont les Voironnais dans toute leur diversité.

Nous aurons de nombreux défis à relever, au premier rang desquels ceux de l'emploi par la revitalisation du tissu économique local, du stationnement dont les difficultés pénalisent l'attractivité du centre-ville, de l'insécurité qui frappe de manière inacceptable les gens honnêtes, et d'une solidarité équilibrée au coeur de laquelle les droits doivent renouer avec les devoirs.

Une série de 5 réunions publiques intitulées "Les vendredis du projet" sera ouverte entre le 8 novembre et le 6 décembre à tous les Voironnais qui souhaitent prendre part à la construction du projet d'avenir que nous soumettrons à leur appréciation afin qu'il puisse répondre le plus précisément possible aux besoins qu'ils rencontrent.

Vous pouvez télécharger cette lettre au format PDF en cliquant ici.

14 octobre 2013

Je serai candidat à la Mairie de Voiron en mars prochain

3xx - Declaration_candidature_VoironJe serai candidat à la Mairie de Voiron en mars 2014. C’est la décision que j'ai officialisée dans la matinée du samedi 12 octobre dernier, en présence d’une centaine de représentants du collectif « Voiron 2014 » dont six, tous acteurs de la société civile locale, ont pris la parole pour exposer les raisons de leur engagement et de leur soutien à ma candidature.

Dolorès Zambon, responsable administrative d’une entreprise industrielle voironnaise centenaire ; Rosanna Mazzilli, cadre de santé et infirmière libérale installée en centre-ville ; Bruno Sarrat, cadre industriel riche d’une longue expérience du monde de l’entreprise ; Brigitte Paris-Bernard, médecin installée depuis presque 30 ans à Voiron ; Jessica Forté, gestionnaire de patrimoine de 27 ans travaillant dans l’agglomération grenobloise ; et Hakim Amroun, chirurgien au Centre Hospitalier de Voiron, ont tour à tour évoqué les raisons qui les ont conduits à s'engager dans la vie publique pour m'accompagner afin d'améliorer le quotidien à Voiron.

A la suite de ces témoignages, je suis intervenu pour confirmer ce qui était alors devenu évident, en officialisant ma candidature aux élections municipales de Voiron les 23 et 30 mars prochains. A l’issue d’une salve d’applaudissements nourris évidemment très touchants, j'ai commencé par remercier l’ensemble des représentants de Voiron 2014 pour leur témoignage de soutien public, en les assurant que je mesurais pleinement la valeur de leur engagement à mes côtés.

J'ai précisé qu’à la différence de l’ensemble de nos concurrents déclarés, "Voiron 2014" a d’abord initié une démarche collective dont le groupe m’adoube aujourd’hui comme son représentant, plutôt que de construire un groupe autour d’une ambition personnelle.

« Nous aurons la charge de constituer une liste que je conduirai : vous voyez que ce ne sera pas un problème de nombre, puisque nous avons ici-même de quoi construire 3 listes si c’était nécessaire. Nous construirons en temps voulu une liste issue du groupe, représentative des habitants, une liste de 33 Voironnais parmi les Voironnais, à leur service, pour répondre à leurs préoccupations et construire un projet d’avenir pour notre ville. C’est la raison pour laquelle le cœur de cette liste sera la société civile. J’ai moi-même un engagement politique que vous connaissez, mais celui-ci passera au second plan, dans la mesure où les questions auxquelles nous devrons répondre (emploi, stationnement, sécurité, solidarités…) ne posent pas une question de droite ni de gauche » ai-je ensuite précisé.

La liste issue du groupe « Voiron 2014 » représentera donc les Voironnais dans le respect de la diversité de leurs sensibilités, des générations, de leur engagement professionnel, personnel ou associatif, avec le devoir impérieux de rassembler.

J'ai ensuite explicité les raisons de notre présence sur la friche des anciennes usines Rossignol pour déclarer ma candidature : D’abord parce qu’il s’agit du symbole de l’inertie de de la municipalité actuelle, qui avait défini l’aménagement de ce secteur comme une priorité, et qui achève son mandat sans rien avoir entrepris ; Ensuite parce que ce terrain est un poumon de 5 hectares encore vierges à proximité immédiate du centre-ville, et doit donner l’occasion de dessiner le visage du Voiron de demain.

J'ai ensuite détaillé : « C’est un endroit stratégique, qui recèle des enjeux de logement évidemment, mais aussi de fluidification de la circulation avec une voirie nouvelle qui doit y être créée, d’équipements publics, et de cadre de vie en rompant avec la logique de surdensité engagée jusqu’à présent. Plusieurs projets se sont succédé depuis 10 ans : d’abord 700 logements, remis en cause par l’actuelle municipalité pour accoucher d’un projet nouveau d’au moins 550 logements. Nous souhaitons remettre complètement à plat ces idées, pour bâtir un projet nouveau, qui soit en cohérence avec les besoins réels de Voiron à horizon de plusieurs dizaines d’années. Car si des mauvais choix stratégiques sont accomplis sur ce tènement, nous n’en subirons pas seulement les conséquences sur 10 ou 20 ans, mais sur bien plus longtemps. Sur la méthode aussi nous romprons avec la logique actuelle : toutes nos réflexions seront conduites dans le cadre d’une concertation étroite avec les habitants et les riverains, parce qu’une ville ne peut se construire qu’avec ses habitants, jamais sans eux, et encore moins contre eux. »

Mon discours s’est achevé par la réaffirmation de ma volonté d’ouvrir au travers de ma candidature des perspectives d’avenir nouvelles pour Voiron, invariablement tournées vers le seul intérêt des Voironnaises et des Voironnais.

DL 20131013 Julien Polat candidat officiel à la mairie de Voiron

Télécharger l'article en version .pdf

26 septembre 2013

Communiqué en réponse à l'appel formulé par la Fédération Iséroise de l'UDI

Une communique de presse Julien POLAT

Communiqué

Par un appel dans les colonnes du Dauphiné Libéré et un courrier personnel qu’ils m’ont adressé, les dirigeants de la Fédération Iséroise de l’UDI m’ont sollicité afin que je prenne la décision de conduire une liste de large rassemblement en perspective de l’élection municipale à Voiron en mars prochain.

Je suis d’abord particulièrement sensible à la confiance qui m’est ainsi témoignée, et je tiens à les remercier pour leur soutien public à l’action fédératrice du collectif « Voiron 2014 » à laquelle je prends part depuis maintenant plus d’un an.

Cet appel conforte la double conviction que je porte au cœur de mon combat politique et citoyen : d’abord celle qu’une union des forces de progrès et de renouveau est possible avec tous ceux qui militent pour que l’action publique redevienne exemplaire, libérée des tabous et des pesanteurs qui la minent pour renouer avec les réformes que les réalités imposent ; ensuite celle que les enjeux municipaux doivent pouvoir dépasser totalement les clivages politiques partisans qui ne les concernent pas.

Ma candidature potentielle à Voiron ne peut se concevoir qu’à l’aune de la démarche collective engagée par le groupe « Voiron 2014 » auquel j’appartiens. Ce n’est donc pas une décision que je peux prendre seul. Je me tournerai dès demain vers ceux qui construisent depuis de longs mois à mes côtés le projet susceptible de doter Voiron d’un avenir meilleur, et nous ferons ensemble les choix qui s’imposent, dans le seul intérêt de notre ville, des Voironnaises et des Voironnais.

25 septembre 2013

L’UDI appelle à ma candidature et soutient la démarche d’union de Voiron 2014

La fédération Iséroise du parti centriste UDI m'a officiellement appelé à conduire une liste municipale à Voiron aux prochaines municipales de mars 2014. Par la voix de sa Présidente Andrée RABILLOUD (Conseillère Régionale et Maire de Saint-Agnin-sur-Bion), et de son Délégué Départemental Lionel FILIPPI (Conseiller municipal de Sassenage), accompagnés des Voironnais Yves ALLARDIN et Michael DE JAHAM, l'UDI 38 a « appelé également tous les Voironnaises et Voironnais à rejoindre la dynamique d'alternance de Voiron 2014 ».

« Les centristes de l'UDI choississent l'UMP Julien POLAT » a ainsi titré le Dauphiné Libéré en "Une" de son édition de ce jour. Cet appel au rassemblement des sensibilités de Droite et du Centre, exceptionnel sur l'échiquier politique, démontre s'il en était besoin que les initiatives de large rassemblement que j'ai engagées avec l'ensemble du collectif « Voiron 2014 » ont su abattre les frontières traditionnelles des partis politiques, pour fédérer avec des représentants de la société civile une alternative à la gestion actuelle de la ville de Voiron, tournée uniquement vers l'intérêt de ses habitants.

Je communiquerai une réponse à cet appel dans les tous prochains jours mais je peux d'ores et déjà affirmer que je suis sensible à ce témoignage de confiance des représentants de la plus grande formation politique du Centre, qui démontre bien que l'on partage un véritable socle de valeurs communes, et qui conforte ma conviction profonde qu'un projet municipal doit savoir se construire sur la base des réalités locales et du bon sens pour abattre des clivages politiques nationaux qui n'ont aucun sens lorsque l'on évoque des dossiers municipaux.

DL 20130924 L'UDI choisit Voiron pour poser son premier jalon

Télécharger l'article en version .pdf

MUNICIPALES La fédération de centre droit veut faire alliance avec le potentiel candidat UMP Julien Polat

L’UDI choisit Voiron pour poser son premier jalon

     Ça y est, l’UDI 38 est en marche pour les municipales de mars 2014 en Isère, et surtout elle compte le faire savoir en plusieurs temps, histoire de mieux faire connaître ce nouveau mouvement centriste initié par l’ancien ministre Jean-Louis Borloo.
     Sa méthode : poser ses jalons ville par ville. « Ce qui nous permettra aussi d’éviter les couacs », ajoute la présidente de la fédération, Andrée Rabilloud.

« Ce n’est pas du tout une démarche politicienne. Le but est d’abord de faire vivre les idées centristes »

    Premier jalon : la commune de Voiron, où l’UDI souhaite participer à l’avènement de l’alternance, en faisant battre l’actuel maire PS Roland Revil.
Comment ?
     Le chef de file voironnais de l’UDI, Yves Allardin (conseiller municipal d’opposition), est très clair : « Depuis 2012, un collectif d’habitants nommé “Voiron 2014” travaille à rassembler les Voironnaises et les Voironnais qui souhaitent un avenir meilleur pour cette commune. Et ce collectif est animé de façon magistrale par Julien Polat qui est un jeune politique très compétent. Brillant, intelligent, il est aussi très à l’écoute et très humain. Il a toutes les qualités pour être un maire plein d’audace. Car aujourd’hui, il ne suffit pas de serrer des mains sur les marchés pour faire un bonmaire. Nous l’appelons donc à prendre la tête de la liste qui réussira l’alternance à Voiron. »
Reste que Julien Polat est quand même le numéro 2 de l’UMP Isère. Et que ce premier geste de l’UDI 38 pour les municipales de 2014 pourrait amener quelques questions. La première : est-ce le schéma que la fédération centriste va adopter partout ailleurs dans le département ?
     « Non, il ne s’agit pas d’une règle générale, rétorque le délégué départemental Lionel Filippi. De plus, la décision pour Voiron résulte d’une démarche construite dans le temps et avec les habitants, ce n’est pas du tout une démarche politicienne. Le but est d’abord de faire vivre les idées centristes. »
Et pour Grégory SValéry, un autre cadre de la fédération centriste, le ralliement à Julien Polat « ne s’est pas fait en fonction de l’étiquette qu’il porte, mais plus en raison de son UDI-compatibilité et de sa personne ».
     Pour l’UDI 38, l’un des signes forts de cette compatibilité réside dans le fait qu’au sein du collectif “Voiron 2014”, « la sensibilité centriste soit autant représentée que celle de l’UMP ou celle de la société civile ». D’ailleurs, Michaël De Jaham – membre de l’UDI – a été mandaté par Julien Polat pour rédiger une partie du futur programme municipal.

Ève MOULINIER


Mise à jour le 25 septembre 2013 :

Un second article est paru ce mercredi 25 septembre dans les pages Voironnaises du Dauphiné Libéré : 

DL 20130925 Pourquoi l'UDI a choisi Julien Polat sur Voiron

Télécharger l'article en version .pdf

MUNICIPALES Après l’annonce des centristes de soutenir une candidature potentielle du jeune cadre UMP

Pourquoi l’UDI a choisi Julien Polat sur Voiron

      C’était dans notre journal de mardi. Ce jour-là, la direction départementale de l’UDI (“Union de démocrates et indépendants” ou mouvement de centre-droit porté par Jean-Louis Borloo) a posé son premier jalon pour les municipales en Isère. Et elle l’a posé à Voiron, voyant dans notre ville l’un des meilleurs endroits pour « réussir l’alternance. »
     Ainsi l’élu d’opposition, Yves Allardin – entouré de la présidente de la fédération Andrée Rabilloud et du délégué départemental Lionel Filippi – a lancé un appel.
     Non pas pour une liste autonome UDI, mais pour une liste de rassemblement conduite par le jeune UMP, Julien Polat. Une liste où, d’après lui, il ne serait pas question d’étiquettes politiques trop marquées – « on choisit Julien non par pour le sigle UMP, mais pour l’homme qu’il est » – et où les valeurs centristes auraient toute leur place.
     « Depuis 2012, le collectif d’habitants “Voiron 2014” travaille à rassembler les Voironnaises et les Voironnais qui souhaitent un avenir meilleur pour cette commune. Et ce collectif est animé de façon magistrale par Julien Polat. Brillant, intelligent, compétent, il est aussi très à l’écoute et très humain. Il a toutes les qualités pour être un maire plein d’audace. Car aujourd’hui il ne suffit pas de serrer des mains sur les marchés pour faire un bon maire. »
     Pour M. Allardin, Voiron a besoin de renouvellement. « Le maire en place, Roland Revil, a failli à sa tâche. L’opération Rossignol est au point mort depuis 5 ans. Le dossier de l’hôpital a été mal géré, tout comme celui du contournement de Voiron qui est pourtant nécessaire pour alléger la circulation en centre-ville. Sans compter que depuis 2008, notre population a perdu plus de 600 habitants et est passée en dessous du seuil des 20 000. Ce qui est toujours très mauvais signe pour la vitalité d’une commune.
     Et je parlerai aussi des impôts locaux, augmentés en 2010, malgré les engagements initiaux du maire. Il est temps donc que cette ville soit reprise en mains. L’UDI propose donc que Julien Polat conduise une liste de rassemblement et qu’on soit à ses côtés. »

Ève MOULINIER

06 mai 2013

Visite de la 9ème circonscription avec M. Hervé Gaymard

RrDSC03594Hervé Gaymard, Ancien ministre, Député et Président du Conseil Général de Savoie, vice-président de l'UMP, m'a fait l'amitié de répondre positivement à l'invitation que je lui avais adressée pour une visite de la 9ème circonscription le 2 mai dernier.

Le temps d'un après-midi, nous nous sommes ainsi successivement rendus à Saint-André-en-Royans pour visiter l'exploitation agricole de M. Pierre Pascal, à Saint-Blaise-du-Buis pour visiter l'entreprise "Algaflex", puis à Voiron pour une réunion d'échanges avec les sympathisants et adhérents de l'UMP en Pays Voironnais.

A Saint-André-en-Royans tout d'abord, Pierre Pascal, son épouse et ses deux fils, nous ont accueillis en présence de nombreuses personnalités locales : Jean-Claude Darlet, Président de la Chambre d'Agriculture de l'Isère ; Dominique André, Maire de Saint-André-en-Royans ; François Ferrand, Président de la Coordination Rurale 38 ; Gérard Simonet, Maire de Moirans ; Pierre Rousset, Maire de La Sône ; Maurice Boisset, ancien Maire de Chatte ; et Annette Jouvent, Secrétaire de l'association des éleveurs et bergers du Vercors Drome-Isère.

Plusieurs sujets ont élé soulevés à l'issue de la visite de cette belle exploitation, riche de 150 vaches laitières et génisses, et une quinzaine d'hectares de noyers en coteaux. Les problèmes liés au faible prix du lait ont évidemment mobilisé une partie essentielle des échanges, les exploitations dégageant des marges quasi-uniquement grâce aux productions annexes, en l'occurrence nucicole. Comment accepter que le coeur d'un métier aussi noble ne permette plus à ses acteurs d'en vivre décemment ? Et nous contraindrons-nous à devoir déplorer demain la disparition de toute une filière, comme nous appelons aujourd'hui de nos voeux la "réindustrialisation" de la France après 30 ans de désintérêt ?

Yves Bozellec, Président de l'UNIRV, nous accueillait ensuite dans les locaux de l'entreprise Algaflex, dont il est PDG. Algaflex réalise depuis plus de 50 ans des murs mobiles et des cloisons extensibles. Fondée par son père Jean Bozellec en 1960, l'entreprise a été transmise à son fils et continue à être dirigée par une famille, qui s'est entretemps entourée de plus d'une centaine de salariés pour devenir un leader mondial en son domaine, et un fleuron économique et industriel du Pays Voironnais. Des représentants du Conseil d'Administration de l'UNIRV (Union des Industriels de la Région Voironnaise, forte de plus de 200 entreprises pour 19 000 emplois) étaient présents, pour un échange libre et passionnant avec Hervé Gaymard, sur des problématiques économiques de portée générale, ou relevant de sujets au contraire très spécifiques.

Près de 150 militants attendaient enfin son arrivée au Foyer Léo Lagrange à Voiron, aux alentours de 19 heures, pour une petite réunion suivie d'un échange au cours duquel ont pu être évoqués le bilan du premier anniversaire de mandat de François Hollande, l'incongruité de la réforme des modes de scrutin pour les élections locales, ou encore les risques de fracture profonde de la société française encourus suite à des réformes inopportunes au regard du contexte.

Je suis sensible à la confiance qu'a manifesté Hervé Gaymard à mon égard, à ses encouragements et témoignages de soutien public. A chaque instant, il aura fait la démonstration de sa grande maîtrise des sujets les plus complexes, et de la fraîcheur de ses convictions. Il demeure à n'en pas douter l'un des plus grands talents de sa génération. Un talent d'avenir, surtout, pour notre pays qui aura besoin de responsables politiques de sa dimension.

   RrDSC03585 RrDSC03580 RrDSC03574 RrDSC03568

 

 

RrDSC03589RrDSC03606RrDSC03600

 

 

RrDSC03598RrDSC03602  

 

  RrDSC03609 RrDSC03614 RrDSC03621

02 mai 2013

Invité de France Bleu Isère ce matin à 7h50

302 - FranceBleu J'étais l'invité de la radio France Bleu Isère ce matin à 7h50. A cette occasion, j'ai répondu aux questions de Nicolas Crozel au sujet du bilan que l'on peut tirer de la première année du quinquennat de François Hollande. J'ai également pu m'exprimer sur la préparation des élections municipales par l'UMP en Isère, et notamment la campagne dans laquelle je suis personnellement engagé à Voiron. J'ai aussi saisi l'opportunité qui m'était donnée de donner mon opinion sur les nouvelles difficultés qui entravent la réalisation espérée du nouvel hôpital de Voiron, et témoignent de l'incapacité des élus actuels à gérer ce dossier pourtant essentiel pour le territoire.

Je vous propose de retrouver mon intervention ci-dessous :

26 avril 2013

Invité de l'émission "La voix est libre" diffusée sur France 3 le 20 avril 2013

France_3_AlpesA onze mois des élections municipales qui se dérouleront les 9 et 16 mars 2014, j'ai été convié à porter la contradiction à Dominique Martin, Conseiller Régional FN, lors de l'émission "La voix est libre" diffusée le 20 avril 2013 sur France 3 et consacrée à la préparation de ces échéances.

J'ai saisi cette opportunité pour réaffirmer que l'UMP avait vocation à fusionner ses listes avec d'autres formations politiques à la seule condition qu'il soit envisageable de partager un projet commun pour nos communes, ce qui n'est pas le cas, en l'état actuel des choses, avec le Front National.

J'ai également rappelé que les élections municipales devaient prioritairement permettre de proposer des réponses à des enjeux locaux, et qu'il était par conséquent nécessaire d'avoir des candidats de terrain, investis et sincèrement préoccupés par l'avenir du territoire sur lequel ils se présentent.

Je regrette un débat probablement peu audible et insuffisamment approfondi, mais il est difficile d'entretenir un échange constructif avec quelqu'un manifestement décidé à parler seul...

Vous pouvez retrouver mon intervention par l'intermédiaire de la vidéo ci-dessous :

08 février 2013

L’Hôpital de Voiron, grand oublié du gouvernement

369 - Ayrault_GrenobleLe projet de nouvel hôpital de Voiron a été le grand oublié du déplacement du Premier Ministre Jean-Marc Ayrault et de la Ministre de la Santé Marisol Touraine organisé ce jour à Grenoble. Aucune étape planifiée dans la capitale du Voironnais, alors même qu’un léger détour sur le trajet de l’aéroport aurait permis de soutenir utilement le personnel hospitalier face à ses conditions de travail dégradées. Pas même un mot dans les discours, et sans doute pas une pensée.

Alors que l’agence Régionale de Santé a engagé sa part de financement, et que l’hôpital est géré depuis plusieurs années de manière à optimiser le bouclage financier du projet, c’est la participation de l’Etat qui, désespérément, fait défaut. Il eut été encourageant que la visite des plus hauts responsables du gouvernement dans notre département pour parler de santé s’accompagne d’un témoignage concret et significatif pour le nouvel hôpital de Voiron. Il n’en est rien.

Cette absence d’éléments nouveaux fait craindre le pire pour l’avenir des soins hospitaliers offerts aux 150 000 habitants d’un bassin de santé qui dépasse le seul Pays Voironnais et intègre une partie de la Bièvre, de la Valdaine et du sud-Grésivaudan. Les espoirs fondés sur le développement économique et le gisement d’emploi qui seraient générés par un nouvel hôpital à Voiron sont aussi en passe d’être déçus.

En réalité, le projet de nouvel hôpital de Voiron ne s’enlise pas : il recule. Car au désintérêt manifeste de l’Etat s’ajoute l’annulation récente des deux déclarations d’utilité publique par la justice. Le Maire de Voiron Roland REVIL, et la Députée écologiste Michèle BONNETON dont il est suppléant, apparaissent manifestement incapables d’obtenir de leurs amis au gouvernement les engagements tant attendus par les habitants de Voiron et du Pays Voironnais. Aujourd’hui, il ne suffit plus de mots, de paroles et d’incantations vaines pour nous faire croire que les choses avancent et que tout va bien ; il faut des gestes concrets, mais ils n’existent pas.

C’est un cruel désaveu pour Voiron et le Pays Voironnais, qui motive le besoin de renouer avec des décideurs locaux mieux à même de défendre efficacement les intérêts du territoire.

03 janvier 2013

Bonne année 2013 !

368 - 2013L'année 2013 vient de s'ouvrir à nous, déjouant les pronostics de la fin du monde pourtant annoncée dans les derniers jours de 2012... Douze mois objectivement plutôt moroses laissent donc forcément place à douze nouveaux mois que l'on espère plus joyeux, et plus encourageants sur le plan économique et social en France et sur la scène internationale.

Si on en croit les journaux et la télévision, le pessimisme est de mise pour 2013. C'est pourtant probablement l'anticipation par les esprits de la reprise économique qui lui permettra de voir réellement le jour ; tout comme le retour à la confiance sera probablement un préalable nécessaire à la revitalisation des circuits économiques. L'enjeu de 2013 sera donc de rétablir cette confiance.

A l'échelle nationale comme à l'échelle locale, chacun dispose de la capacité - et du devoir - de contribuer, à son échelle et selon ses moyens, aux efforts nécessaires pour le redressement. En ce sens, il convient d'espérer que les pouvoirs publics locaux et nationaux, alors que la cohésion nationale est de mise, cesseront de trouver des prétextes à la fragmenter par des débats sociétaux inutiles que le contexte ne prête pas à poser (mariage homosexuel, droit de vote des étrangers...), ou par un déséquilibre fiscal excessif et donc forcément révoltant (CFE en Pays Voironnais).

C'est dans cet état d'esprit constructif, confiant mais prudent, que j'aborde les 12 prochains mois de travail. Je continuerai de consacrer mon action à la 9ème circonscription, et en particulier au Pays Voironnais et à la lutte qui s'engage pour l'alternance à la ville de Voiron.

A chacun, je présente d'abord des voeux de santé, car c'est elle qui permettra de concrétiser le reste de ce que l'on peut souhaiter : bonheur en famille et réussite. Puissent les 12 prochains mois vous apporter le meilleur de ce que vous pouvez espérer, de l'épanouissement, et les raisons de croire en un avenir meilleur.

02 janvier 2013

De 2012 à 2013...

367 - 2012_a_2013Les premiers jours de cette nouvelle année 2013 ont balayé 2012 avec, il faut en convenir, peu de regrets. De manière générale, les douze derniers mois qui viennent de s’écouler ont été peu prolixes en bonnes nouvelles et motifs de réjouissance. Les espoirs qui avaient été fondés sur une hypothétique reprise économique ont été déçus. Pire : ils font redouter que l’année qui débute soit elle-même morose et peu favorable à un retour significatif de la croissance.

Il faut dire que ce que l’on retiendra de 2012 ne peut raisonnablement pas susciter l’enthousiasme.

A l’échelle internationale, l’espoir suscité par le « printemps arabe » a laissé place à un scepticisme inquiétant quant à la nature véritable des régimes d’aujourd’hui qui doivent succéder aux tyrannies renversées hier. Les tensions ravivées au Proche-Orient éloignent les perspectives d’un nouveau processus de paix. Les troupes occidentales se désengagent d’Afghanistan sans avoir gagné l’assurance qu’un régime stable et démocratique puisse s’imposer dans la durée. Tandis que des gens meurent chaque jour dans des conflits Africains au travers desquels des dictateurs en passe d’être déchus dénoncent devant la communauté internationale les tentatives de prise du pouvoir par la force dont ils avaient eux-mêmes bénéficié dans un passé proche… Ces évènements sont lointains sans l’être : chacune de ces turbulences rejaillit d’une manière ou d’une autre sur les pays occidentaux qui ne peuvent être indifférents au nouvel équilibre du monde qui se dessine. Et chacun sait que les ferments du terrorisme ne s’épanouissent jamais mieux que dans la détresse et la souffrance générés par les conflits d’horizons divers.

En France, je ne surprendrai personne en évoquant les occasions manquées des deux échéances électorales majeures qui se sont déroulées en mai et juin derniers. Et je garde intacte la conviction que Nicolas Sarkozy avait le tempérament et les qualités nécessaires pour conduire mieux que celui qui lui a succédé au redressement du pays. Lui donner l’occasion d’un second quinquennat, dépourvu de toute ambition de 3ème mandat que la Constitution n’autorise pas, aurait à n’en pas douter ouvert des perspectives inédites de réforme et de modernisation du pays. La dignité de la reconnaissance de sa défaite, et celle de son départ, n’auront pas manqué de susciter du doute auprès de certains de ses détracteurs. Trouble renforcé par les approximations - d’aucuns diront « amateurisme » ou « inaptocratie » - des premiers mois de gouvernance de François Hollande, de son gouvernement et de sa majorité parlementaire. Rien, en somme, qui puisse conduire à la sérénité.

En Isère, les élections législatives du mois de juin sont à observer en demi-teinte. L’élection de seuls deux Députés sur 10 candidats, Alain Moyne-Bressand dans la 6ème circonscription, et Jean-Pierre Barbier dans la 7ème, est une déception à tempérer par l’influence majeure d’un contexte défavorable qui ne permettait probablement guère de faire davantage, en dépit des qualités intrinsèques de nos représentants, et des campagnes intenses de terrain conduites par eux. Nos deux Députés, par les qualités qui sont les leurs, sauront être des défenseurs efficaces de nos idées, et des porte-parole fidèles de leurs administrés et de ceux qui se battent à leurs côtés. Plusieurs de nos candidats ont manqué la victoire d’une courte-tête, tandis que d’autres réalisaient sur leur circonscription des résultats largement honorables en déjouant les pronostics parfois malveillants. En Isère, ces législatives sont finalement riches en promesse d’avenir.

L’expérience de ma propre candidature sur les cantons de Voiron-Voreppe, Rives-Moirans, Tullins, Vinay, Saint-Marcellin et Pont-en-Royans, n’a conduit qu’à renforcer la détermination de mon engagement personnel. Je mesure pleinement la responsabilité de la confiance que m’ont apportée 23 226 électeurs de la 9ème circonscription, et je leur garantis ma disponibilité et ma mobilisation avec la plus grande vigilance sur l’ensemble du territoire. Je retiendrai particulièrement la richesse des rencontres pendant cette période, les visites d’entreprises et d’exploitations agricoles, la vérité des échanges francs et sans intermédiaire. Je ne remercierai jamais assez ceux qui m’ont accompagné pendant ces longs mois de campagne, au premier rang desquels mon suppléant Pierre Rousset, Maire de La Sône que je tiens dans la plus grande estime, et tous les amis, militants et élus fidèles sans qui rien n’aurait été possible.

Je resterai bref sur les turbulences internes à l’UMP qui ont émaillé la fin de l’année 2012, et qui ne peuvent que décevoir cruellement les militants au rang desquels je suis. Ce sont des signaux forts qui devront être donnés en 2013 pour renouer la confiance.

Confiance. Tel sera le mot clé de cette année 2013. Ce sont effectivement deux alternatives opposées qui nous seront offertes au cours des prochains mois : soit nous nous replierons sur nos acquis par peur des incertitudes du lendemain, participant au grippage du système économique et alimentant la spirale des peurs réciproques ; soit nous prendrons le pari collectif que le redressement est entre nos mains, et qu’il ne dépend que de notre capacité à l’anticiper pour qu’il survienne. Alors nos esprits établiront le climat nécessaire aux espoirs qui précèdent les victoires.

Le contexte morose n’est certes pas propice à l’optimisme béat. Mais le réalisme ne doit pas miner la confiance. La responsabilité des pouvoirs publics, de l’Etat, du gouvernement et des collectivités, sera évidemment majeure pour ne pas contrarier les élans de ceux qui produisent, consomment, et participent à créer de la richesse par leur travail. De ce point de vue, les signaux donnés par ceux qui nous gouvernent depuis 6 mois sont malheureusement contraires à ce qui serait nécessaire… Loin des polémiques inutiles et coupables en ces circonstances, le rôle de l’opposition devra être d’appuyer les bonnes initiatives, et de réorienter l’action dans la bonne direction chaque fois que cela sera possible.

Pour la 9ème circonscription, pour Voiron et le Pays Voironnais, je figurerai parmi les acteurs vigilants des décisions prises pour notre territoire. Sans dogmatisme mais sans concession sur les fondamentaux, je prendrai part à la dynamique de ceux qui s’engagent pour réhabiliter le bon sens, le respect du travail, et la rigueur nécessaire à une administration efficiente, à la fois ambitieuse et soucieuse des deniers publics.

Je crois en l’avenir, car je crois en le potentiel de la France, et en la richesse de nos territoires. C’est à ceux qui les animent qu’il reviendra d’être à la hauteur.



A propos...
Le blog
Créé en juillet 2008, ce blog est un carnet d'expression personnelle.
Qui suis-je ?
A bientôt 30 ans, domicilié à Voiron, je suis Chargé de mission départemental de l'UMP 38 et Délégué UMP de la 9ème circonscription de l'Isère. J'ai été candidat aux élections législatives de juin 2012 dans cette même circonscription. Je suis par ailleurs diplômé de Sciences Po et de l'École Supérieure de Commerce de Grenoble.
Liens